LE VENTRE DE VALENCE

Le Mercado Central peut être considéré comme le « ventre » de Valence, comme Les Halles furent un temps le ventre de Paris. Il est considéré comme l’un des plus grands marchés intérieurs d’Europe avec une surface de près de 8 000mc et plus de 500 étals. Construit au début du XXe siècle, il est dans le style Art-Nouveau, ce courant artistique qui a balayé l’Europe à cette époque, avec ses formes organiques et ses motifs floraux. Il représente un bel exemple de ces édifices industriels de fer, considérés comme symbole de richesse et de progrès. Les proportions du marché, son décor de céramique et son énorme coupole lumineuse donnent à ce monument une allure conviviale et animée.

Visites

Le Marché central – Vue de l’extérieur

Le Marché central – Vue de l’intérieur

On trouve de tout dans ce dédale de boutiques et en général des produits locaux. Pas moins de soixante-treize marchands offrent des fruits et des légumes qui rivalisent de fraîcheur et la section des pescadores comprend quarante-huit poissonniers qui présentent une variété étonnante de fruits de mer, de crustacés et de poissons encore vivants. Il existe aussi certaines boutiques spécialisées comme celle-ci qui ne vend que du safran ou celle-là qui propose des savons naturels et des essences de plantes rares. Les étals d’olives marinées sous différentes recettes ou encore de sardines, de mollusques et d’anchois attirent une foule de gourmets.

Pour le promeneur en visite dans cet antre de mets et de saveurs, ce qui attire plus particulièrement son attention ce sont tous ces jambons suspendus dans la plupart des charcuteries. Il existe plusieurs façons d’appréter le jambon espagnol, le jamon iberico, le serrano, toutes considérées secrètes et défendues par des régions spécifiques : aragon, teruel, estramadure, salamanque, etc. Essentiellement, c’est une viande de porc crue qui a été séchée à l’air durant une période variant de quelques semaines à plus de dix-huit mois. Le serrano provenant des régions limitrophes avec le Portugal est considéré le meilleur. Le porc y est élevé dans un climat sec de montagne et suivant des normes bios très strictes. Certains de ces serranos portent un label d’origine contrôlée et se vendent à des prix exorbitants, surtout à nos yeux de nord-américains : 185€ le kilo, soit 270$/kg (par comparaison le kilo de truffe se vend le double).

Les fromageries/crèmeries foisonnent et offrent principalement des produits locaux d’une grandes variétés et tous délicieux. Vous pouvez également choisir un vin de Valence auprès de l’un des nombreux marchands, tous grands connaisseurs des cépages et des éleveurs de la région.

Même si vous arrivez au Marché Central repu, après quelques tapas bien arrosées dans l’une des tascas autour de la Place du marché, il vous sera difficile de ne pas vous laisser tenter par tous ces produits aux arômes délicieux et repartir les bras chargés de victuailles.

Pour paraphraser un slogan bien connu : si un produit alimentaire n’existe pas au Marché Central, c’est que très probablement vous n’en avez pas besoin.

Le Marché Colon a été construit dans les mêmes années que le Marché central, dans un style similaire dit « moderniste ». Il a constitué le second « ventre » de la ville durant de nombreuses années. C’est un édifice ouvert et aéré, chapeauté d’un toit de métal, dont la structure est recouverte de mosaïques aux motifs magnifiques de fleurs et de végétaux. Au cours des dernières années il a été reconverti en cafés et bars : c’est un rendez-vous populaire des gens d’affaires et de la jeunesse de Valence qui s’y retrouvent pour des tapas ou une orxata de chufa, un jus typique de la région.

Diverses variétés d’olives

Les poissonniers du Marché

Le charcutier et les jambons serrano

La marchande de safran

La boutique de savons et d’essences de plantes rares

© 2019 Chronique de l'Oisiveté     Reproduction interdite sans la permission du Chroniqueur.